Un concert mythique

février 12, 2009 at 12:17 (A écouter) (, , , , , )

gipsyguitars-2Hier soir se réunissaient Angelo Debarre, Serge Camps (Du groupe Opus 4) et Frank Anastasio, à l’Atelier Charonne pour un concert mythique. La formation se retrouvait après une pause de 20 ans, puisque l’album de la première rencontre entre ces trois gaillards est sorti en 1989. C’est donc des morceaux du fameux Gypsy Guitars  enregistré à « la Roue Fleurie » que nous a principalement proposé le trio.

Avant toute chose, sachez que selon moi, il s’agit d’un des meilleurs albums de jazz manouche et qu’il est indispensable de posséder une exemplaire de ce disque au même titre que l’intégrale de Django ou que le Tziganskaïa de Matelo Ferret.

C’est donc avec une impatience gigantesque que j’attendais de voir le trio que j’écoute en boucle dans mon méga iPhone, enfin sur scène et c’est parce que je suis un peu Sado-Maso que j’ai décidé de me présenter sur les lieux 1h30 avant le concert. A mon arrivée la salle est vide, seul le trio fait les derniers réglages et c’est déjà des frissons qui me parcourent le dos. Il y a quelques choses de magique dans l’air et cela se propage très bien grâce à cette ambiance très jazzy imposée par les lieux. La lumière feutrée de la salle prête a accueillir un max de monde donne l’impression d’être un peu ailleurs. C’est vraiment le calme avant la tempête.

Pris d’une envie de nicotine mais également pour laisser les musiciens faire ce qu’ils ont à faire en toute tranquillité je décide d’aller attendre mon poto guitariste David à l’extérieur.  Un peu plus tard dans la soirée alors que David et moi continuions à préparer notre cancer, Angelo en personne vient nous parler (le talent au service de l’humilité). On apprend que beaucoup de bonnes choses et notamment plusieurs nouveaux albums nous attendent pour 2009. On voit également à quel point le bonhomme a su rester simple et accessible malgré la reconnaissance que lui porte les aficionados.

photo221h15 : C’est le début des festivités, ça démarre avec un gros blues en mineur, qui comme sur l’album fini par voir son tempo doubler. Angelo se chauffe et pour notre plus grand plaisir ça décoiffe même quand il est en phase de rodage.

Le trio reprend à merveille tous les titres de l’album (d’ailleurs la pochette de l’album servait de set-list au groupe). Mention spéciale pour la Gitane, la valse de Tchan Tchou qu’Angelo a su faire étinceler grâce à son coup de plume légendaire. Serge Camps à une énergie de dingue et une musicalité hors norme, Frank Anastasio un groove de folie mélangé à une facilité déconcertante, Angelo fidèle à lui même et à son nom, avait des ailes hier soir et pourtant c’était le public qui était sur un nuage.

La formation fini avec quelques chansons interprétées par Serge Camps qui de sa voix profonde a su émerveiller nos petites oreilles. S’enchainent alors « ma première guitare », « les deux guitares » et d’autres titres qu’on a pas l’habitude d’entendre dans les bœufs parisiens.

Swing et musiques tziganes se succèdent, s’entremêlent, se complètent et laissent place à un voyage de l’esprit au-delà des toutes nos espérances.

)

Une petite de Django gratos 🙂

Vers 23h30 : Arrivée de Sébastien Giniaux, et j’ai même cru apercevoir un certain Adrien Moignard dans le public. On se dit alors qu’un bœuf gigantesque se prépare. Angelo, Giniaux et Moignard ! Manquerait plus que Costel Nitescu se pointe et les carottes seraient cuites. D’autant plus que Serge Camps laisse sa place à un autre guitariste ami du trio du Gypsy Guitars mais dont malheureusement j’ai oublié le nom. S’enchainent alors plusieurs standards de derrière les fagots. Ca sent le boeuf à plein nez.

00h25 :  Pas de bœuf géant, car le patron du bar fait signe aux musiciens. Il est temps et Angelo annonce le dernier morceau en compagnie de son ami dont malheureusement je ne me rappelle toujours pas le nom (voir photos. Et si quelqu’un connait le gratteux qui joue à droite d’Angelo qu’il me fasse signe)

Bref une grosse claque dans ma gueule, et comme disait l’autre j’ai bien envie de tendre l’autre joue. D’ailleurs si vous voulez faire comme moi, il vous reste encore une chance, ce soir même endroit même heure le trio remet ça et ne les loupez pas, sinon il faudra attendre encore 20 ans 🙂

Merci aux musiciens.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :